Rencontres littéraires, Photographie, musique et sculpture : en mai tout se passe chez Artpero à Crupet !

En mai, fait ce qu’il te plaît ! Et c’est l’adage que nous allons suivre cette année.

En compagnie de Fatima Zahraa Cherkaoui, Éric Jordan, Patrick Vlaminck et Pierre Rousseau, les auteurs LiLys vous accueilleront tous les week-ends de mai à la galerie Artpero de Crupet !Programme des dédicaces : 

Brigitte Guilbau, son petit nouveau, « Le Prématuré » ainsi que ses autres écrits vous donneront rendez-vous le dimanche 1 er mai de 11 à 18 heures pour le vernissage de l’exposition !

Renaud De Vriendt, présentera son roman jeunesse « Ma vie d’actrice » le samedi 7 mai de 14 à 18 heures. 

Geoffroy Klompkes et « Limite Petit Bain » seront présents le dimanche 8 mai de 14 à 18 heures 

Henri Collignon, notre expert en thriller pointilleux sera présent le samedi 14 mai de 14 à 18 heures

Pierre Marie Dumont-Saint Martin, le dimanche 15 mai de 14 à 18 heures et vous invite à le rejoindre à 16 heures pour la présentation musicale et contée de ses deux romans historiques « Le temps des coquelicots » et « Le temps du Muguet ». Un live Facebook (si la connexion nous le permet) sera aussi de la partie pour tous ceux qui ne pourraient pas venir nous rendre visite. Rendez-vous donc sur @LiLys_Editions.

Olivier Henskens vous fera frissonner à l’idée de vous balader dans Namur le samedi 21 mai et dimanche 22 mai de 14 à 18 heures.

 Et Dominique Delescaille vous bouleversera le dimanche 22 mai de 14 à 18 heures avec son roman autobiographique « Seule ma mère comprenait ».

L’adresse ?

Galerie ArtPero

12 rue Haute

5332 CrupetOuverte vendredi, samedi, dimanche et jours fériés de 14 à 18h.

La collection Teensies by LiLys accueille un petit nouveau !

C’est donc l’une de nos premières autrices qui sortira le 20 novembre prochain son tout premier format poche dans la Collection Teensies By LiLys, la pétillante agitatrice de neurones : Brigitte Guilbau !

« Le Prématuré qui voulait naître sous le signe du scorpion et tutoyer les étoiles » regroupera cinq nouvelles :

  • Le prématuré qui voulait naître sous le signe du Scorpion.
  • Le marché aux esclaves de Kiev. 
  • Je prie Wakantanka 
  • Le journal d’une femme oubliée. 
  • Le prématuré qui voulait tutoyer les étoiles. 

Cinq nouvelles emplies de détermination, de choix, de doutes.

Synopsis :

Et si nous n’étions pas celui que nous pensons être. Nous nous croyons tellement importants, investis de nos certitudes, nos origines, notre race, notre culture, notre lignage.

Nous nous entretuons en leur nom.

Fidèle à sa devise d’agiter vos neurones, Brigitte nous entraîne sur des pistes de réflexion sur le sens de la vie, de la famille, de l’appartenance que nous imaginons déterminées par nos origines.

Une belle gifle aux certitudes et aux préjugés.

Vous pouvez d’ores et déjà précommander le nouvel ouvrage de Brigitte sur notre boutique en ligne celui-ci vous sera livré après le 20 novembre avec, peut-être, une surprise.

À très bientôtL’équipe de LiLys 

Réouverture de la boutique en ligne pour l’Europe !

Après presque trois mois à nous concentrer sur nos lecteurs belges pour les raisons que l’on connaît : nous revoici à l’international !

Nous vous avons donc préparé deux préventes des sorties libraires de septembre et une petite surprise en fin d’annonce.Première des deux exclusivités ? Le deuxième tome de la série « Foi d’animal » et nous espérons sincèrement que « L’envol de l’aigle » vous plaira autant que le tome 1: «Sous le signe du Lion ».

« Constantin Gonfalon avait l’intime conviction de les avoir bel et bien semés. Cela lui procurait une sensation de supériorité. 

Les autoroutes et leurs péages truffés de caméras étant des nasses dans lesquelles le gros poisson qu’il était risquait de se faire prendre, il avait fait le choix du réseau secondaire. 

Gonfalon vivait cette fuite comme un thriller dont il aurait été l’invincible héros. Chaque fois qu’il mettait une ville derrière lui, il se voyait dans la peau de Cary Grant esquivant les dangers que ses poursuivants avaient placés sur son chemin dans « La mort aux trousses ». Après un premier tome intense, mêlant La Fontaine et Orwell, « L’envol de l’aigle », tome 2 de la saga « Foi d’animal » vous emmènera au cœur d’une nouvelle épopée palpitante.

Deuxième exclusivité : le tout nouveau roman de Brigitte Guilbau « Un papillon sur la banquise » qui cette fois, traitera du harcèlement scolaire et de ses dérives.

« Frédérique part pour l’Afrique avec la dernière lettre de son fils Manuel. 

Pourquoi s’envole-t-elle au pays des maisons sans adresse ?

Pour que les mots du mal qui la ronge sortent enfin.Elle a appris trop tard le harcèlement qu’il vivait dans son établissement scolaire. Elle ignorait que le cauchemar commençait pour lui dès le réveil et que l’horreur prenait l’apparence de ses copains de classe. Que faire lorsque ces lieux de savoir et de vivre ensemble que sont les écoles deviennent ceux qui nous tuent ? »

Vidéo de présentation:

Pour vous remercier de votre soutien, pour vous dire que nous pensons aussi à vous dans la mesure de nos possibilités, nous vous proposons une réduction sur vos frais de port, et ce, sur tout le catalogue, avec le code :

Nous espérons vous retrouver tous très bientôt !

L’équipe de LiLys !

Nouvelles sorties d’octobre!

Young Adult et Inclassables verront arriver chacun à leur tour une nouveauté!

 

Tout d’abord, « Jörg Oeuil, l’ange qui n’avait pas le permis » de Brigitte Guilbau fera sa sortie officielle ce samedi 27 octobre à partir de 14 heures à L’Empreinte Belge ( rue Godefroid à Namur)

Avec ce Dixième roman, notre agitatrice de neurones préférée, nous apprendra que les valises familiales et les héritages inconscients , définissent nos actes présent. Apprendre à dire « non » pour nous construire, apprendre à dire « non » pour avancer.

Serait-ce une coïncidence si l’un des premiers mots répétés par nos enfants, et ce, avec parfois joie est ce simple mot de revendication ?

Jörg Oeuil est né il y a longtemps. Tellement longtemps qu’il ne se souvient plus. Il ne se souvient pas de son trépas.
Jörg Oeuil fait partie de ces satisfaits qui envisagent l’essentiel comme secondaire. Il n’est pas du genre à se poser des questions.
Et pour quoi s’en poserait-il ?
Il ne savait plus qu’une chose : il s’était éveillé avec un lever de soleil, courbaturé et chancelant, migraineux et de mauvaise humeur, flanqué d’ailes plus encombrantes l’une que l’autre, impossible à manœuvrer. Trop grandes pour son corps élancé. Empoté par cet attribut qu’il n’avait pas demandé, Jörg Oeuil se sentait ridicule.

Avez-vous deviné ? Êtes-vous prêt à vous confronter à votre capacité à prononcer ce simple mot qu’est le « non » ?

Ensuite, Christophe Renault, nous revient avec un tout nouveau bébé « Nom de code : Albane »

Il n’y a pas de hasard quand les deux sorties d’octobre nous parlent d’ange. Dans ce deuxième roman, les anges sont un peu spéciaux. Ils s’occupent des humains devant être reprogrammés ou gagnent des points d’expérience lorsqu’ils doivent intervenir pour « sauver » leur « protégé.

 

Un Young Adult qui ouvre les yeux sur une société malade.

Elle s’appelle LUI-P3-6-99 – dite Albane pour les intimes. Parmi ceux-ci, il y a son Pierre, le plus intime de tous puisqu’il est précisément son protégé. Seulement, voilà ! Le métier d’ange gardien est en pleine restructuration. Les caisses de magie sont vides. On rogne sur tous les sortilèges. Avec tous ces fous de Dieu qui s’engagent les uns après les autres, toutes les équipes sont sur les dents ! Du coup, on liquide. On fait la traque aux inutiles. La Grande Direction s’est réunie : on va éliminer les vivants qui ne vivent pas. À quoi bon leur dispenser de l’énergie ? C’est féerie perdue !

Pierre est de ceux-là. Il est donc voué à disparaître. Précisément, il va être envoyé en camp de rééducation. Un professeur l’y attend. Un prof d’un nouveau genre, capable de lui apprendre le goût de s’engager. D’exister. Sa méthode ? Citer du Walt Disney.

Pendant ce temps-là, Albane, elle, va devoir s’occuper d’un nouveau cas, un terroriste prêt à tout pour mettre le pays en sang.

La dignité (Nouveauté de février)

 

C’est un des aspects que traite Brigitte Guilbau dans « L’aiguillage de la tangente ».

Au fil d’une introspection, l’auteur nous propose une nouvelle fois de faire un choix : celui de publier des images-chocs, racoleuses, prouvant les atrocités de la Shoah ou de laisser celles-ci enfermées à tout jamais afin de préserver la dignité des personnes imprimées sur ce film 9,5 mm.

En ces temps où, en Belgique, nous devons, plus que jamais, nous rappeler des évènements de la Seconde Guerre Mondiale, « L’aiguillage de la tangente » vous demandera réflexion sur l’importance des gens, des choses et de vos attitudes quotidiennes.

Pour le découvrir ? Rendez-vous à partir du 21 février à la Foire du Livre de Bruxelles. Le 25 février, Brigitte sera en conférence en compagnie de Dominique Delescailles (Ma grand-mère, cette jeune Polonaise morte à Auschwitz, Éditions Jourdan) à partir de 12 h 15.

 

Plus d’informations suivront.